En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation de cookies qui permettront notamment de vous offrir contenus, services, et publicités liés à vos centres d'intérêt. Fermer
France pays France (changer de pays)
         Recherche avancée   Mon compte



Téléchargez le livre :  Les Quatre Talismans

Les Quatre Talismans


Conte oriental

Charles Nodier
Editions du Jasmin
Format : ePub

5,99

RÉSUMÉ DU LIVRE - MOT DE L'AUTEUR - MOT DE L'ÉDITEUR
Quatre frères, un cyclope, une forêt et un talisman qui n'a pas révélé tous ses secrets...

Les quatre frères Douban, Mahoud, Pirouz et Ebid sont abandonnés par leur belle mère dans une foret épaisse. Un immense génie cyclope les découvre et remet aux trois premiers un talisman...

Que faire avec ce talisman ? Les quatre frères parviendront-ils à sortir de cette forêt ? Découvrez-le dans un conte oriental fascinant joliment illustré par Natacha de Molènes !

EXTRAIT

— Je suis le prince Mahoud que vous cherchez, répondis-je fièrement, et s’il n’y a point de femmes parmi vous, comme je le suppose, je puis l’avouer sans inconvénient pour la tranquillité publique. Maintenant, que demandez-vous de moi ?
Je ne vous dissimulerai point, seigneur, que ma vue produisit sur ces étourdis son effet accoutumé. Ils se recueillirent toutefois après un moment de sottes risées, et celui d’entre eux qui paraissait exercer une certaine autorité sur les autres, descendant de cheval avec un embarras respectueux, vint ployer le genou et s’humilier à mes pieds.
— Seigneur, dit-il en frappant la terre de son front, qu’il vous plaise d’agréer le timide hommage de vos esclaves. La divine Aïscha, notre reine, qui s’était glissée ce matin derrière une des portières de la salle du conseil, pendant votre entretien avec son auguste époux, et qui en connaît les funestes résultats, n’a pu se défendre d’un mouvement d’amour pour votre glorieuse et ravissante personne. En attendant des jours plus propices pour vous rappeler à sa cour, dont vous êtes destiné à faire l’ornement, elle nous a ordonné de venir vous offrir ces présents et ces équipages, et de vous accompagner partout où il vous conviendra de nous conduire. Dis-lui bien, Chélébi, a-t-elle ajouté en tournant sur moi des yeux pleins de la plus touchante langueur, que les minutes de son absence se compteront par siècles dans la vie de la malheureuse Aïscha, et que la seule espérance de le revoir bientôt peut soumettre mon cœur au cruel tourment de l’attendre !

CE QU'EN PENSE LA CRITIQUE

L'auteur fait vivre à ses héros des intrigues fertiles en rebondissements qui convergent vers une morale édifiante. - Takam Tikou

À PROPOS DES AUTEURS

Né en 1780, Charles Nodier fut une référence pour nombre d'écrivains devenus célèbres. En 1824, il était bibliothécaire à l'Arsenal et pendant plus de dix ans, il y anima des salons réunissant ceux qui furent reconnus comme les génies de la littérature du dix-neuvième siècle.
En 1989, Natacha de Molènes effectue une année préparatoire dans les ateliers privés Met de Penninghen et Jacques d'Andon (ESAG), à Paris. En 1992, elle suit une formation infographique (logiciels X-Press, Illustrator, Photoshop).
En 1994, après avoir effectué des travaux de dessin architectural, elle rencontre Claude Touch, avec qui elle collabore pendant 3 ans.
Sa palette de styles englobe tant l'illustration figurative ou documentaire (animaux, paysages étant ses sujets de prédilection, et parmi eux, le cheval en particulier qu'elle étudie depuis l'âge de six ans), comme par exemple les livres de la collection «A travers la fenêtre» des éditions Calligram, que des interprétations plus «graphiques» comme les contes orientaux publiés aux Éditions du Jasmin en noir et blanc et en ombres chinoises. En ce qui concerne la couleur, elle a un faible incontournable pour les personnages imaginaires, costumés le plus richement possible, le plus follement de préférence, avec une profusion parfois excessive de motifs de toute sortes. Travaillés à l'aquarelle ou à l'acrylique sur papiers colorés et filigranés, ils représentent ses rêves fous et l'abandon des limites qu'impose parfois le documentaire.