En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation de cookies qui permettront notamment de vous offrir contenus, services, et publicités liés à vos centres d'intérêt. Fermer
France pays France (changer de pays)
         Recherche avancée   Mon compte



Téléchargez le livre :  Les ruses de la parole

Les ruses de la parole


Dire, sous-entendre, parler, chanter, écrire

Collectif , Micheline Lebarbier
Karthala
Format : PDF sans DRM

22,99

RÉSUMÉ DU LIVRE - MOT DE L'AUTEUR - MOT DE L'ÉDITEUR
L’ouvrage examine les différentes formes d’expression qui existent pour formuler le non-dit et l’indicible, le tabou et l’interdit, dans des cultures aussi différentes que celles du Mali, du Cameroun, du Niger, de la France, du Mexique, de Trinidad, de la Colombie, ainsi que chez un auteur comme Maupassant. Les exemples ont été pris pour la plupart dans des sociétés paysannes et urbaines, ainsi que dans des sociétés où l’Islam est prépondérant. Ces formes d’expression sont analysées en relation avec les conceptions et les codes sociaux des différentes cultures où elles ont cours.

Les diverses stratégies de parole sont imposées par le code social. Elles prennent des formes variées selon la situation d’énonciation, les jeux de l’interlocution et la situation de communication des locuteurs. On a ainsi recours au non-dit pour éviter de mettre éventuellement en péril une relation, voire sa propre position au sein de sa communauté.

Cependant, le ressenti personnel de l’énonciateur face à l’énonciataire est difficile à appréhender. C’est pourtant lui qui suscitera le détour verbal, la métaphore, ou le silence stratégique recouvrant une peur ou une désapprobation. C’est ce qui est le plus complexe à approcher pour l’observateur extérieur. C’est pourquoi les chapitres de ce recueil insistent sur l’articulation de la réflexion avec le code social qui oriente tout échange discursif, tentant ainsi de laisser apparaître quelques aspects de l’essence profonde de l’humain à travers le filtre des conventions. Le présent ouvrage est l’émanation d’un séminaire qui s’est tenu au LACITO (Laboratoire de langues et civilisations à tradition orale, du CNRS) de 2005 à 2010.