En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation de cookies qui permettront notamment de vous offrir contenus, services, et publicités liés à vos centres d'intérêt. Fermer
France pays France (changer de pays)
         Recherche avancée   Mon compte



Téléchargez le livre :  La causalité dans les sciences biologiques et médicales

La causalité dans les sciences biologiques et médicales


Académie Des Sciences
EDP Sciences
Format : PDF sans DRM

11,99

RÉSUMÉ DU LIVRE - MOT DE L'AUTEUR - MOT DE L'ÉDITEUR
Le mot « cause » est fréquemment employé dans des publications scientifiques, parfois sans conscience claire de ce qu’il implique. Ce terme a une histoire philosophique au cours de laquelle sa signification et son usage dans les sciences ont été tantôt défendus, tantôt critiqués. D’une part la recherche de causes naturelles est bien constitutive du projet scientifique, d’autre part le terme de cause peut facilement véhiculer des conceptions naïves de la relation entre causes et effets, dont les conséquences peuvent être de retarder ou de mal orienter la recherche de facteurs de causalité. Les sciences biologiques et médicales sont riches d’exemples de ce type. Plusieurs questions peuvent être posées. Quelle est l’utilisation présente de la causalité dans les sciences biologiques et médicales ? Quelles sont les difficultés particulières liées à l’établissement des relations de causalité ? Comment ces difficultés peuvent-elles être surmontées ? L’identification de conditions causales permet-elle de prédire la succession de phénomènes physiologiques ? Est-il souhaitable de conserver le langage causaliste pour décrire des situations où règne le multifactoriel ? Comment mieux décrire ces situations par d’autres langages, et est-ce toujours possible ? Les textes réunis dans cet ouvrage sont pour la plupart issus du colloque «Faut-il connaître les causes pour comprendre et intervenir ? Questions sur la causalité dans les sciences biologiques et médicales», organisé le 31 mai 2016 par l’Académie des sciences, sur l’initiative de sa section de biologie humaine et sciences médicales.