En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation de cookies qui permettront notamment de vous offrir contenus, services, et publicités liés à vos centres d'intérêt. Fermer
France pays France (changer de pays)
         Recherche avancée   Mon compte



Téléchargez le livre :  Raymond Aron, la philosophie de l’histoire et les sciences sociales

Raymond Aron, la philosophie de l’histoire et les sciences sociales


Collectif
Editions Rue d'Ulm
Format : PDF,ePub

9,99

RÉSUMÉ DU LIVRE - MOT DE L'AUTEUR - MOT DE L'ÉDITEUR

À la mort de Raymond Aron, Georges Poitou et Marcel Roncayolo, alors directeur et directeur adjoint de l'École normale supérieure, avaient souhaité que celle-ci rendît hommage à sa mémoire et m'avaient chargé d'accomplir ce devoir. J'avais accepté avec plaisir étant donné l'ancienneté des liens qui m'unissaient à Raymond Aron : étudiant en sociologie, j'avais été son élève à la Sorbonne de 1959 à 1961 et il m'avait accueilli, chercheur débutant et assistant à la faculté des lettres et sciences humaines de Lille, au Centre de sociologie européenne à partir de 1964.

Il m'a paru qu'un colloque où des chercheurs de quatre générations différentes s'interrogeraient sur l'originalité du projet philosophique et sociologique de Raymond Aron serait une bonne manière de faire apparaître la vitalité et la postérité de sa pensée. J'ai donc demandé à Georges Canguilhem, François Furet, Alain Boyer et Jean Gatty de s'y essayer chacun avec son point de vue et pour son compte. Ce colloque s'est tenu en 1988 à l'École normale supérieure.

Ce sont ces textes transcrits par mes soins et réécrits par leurs auteurs qu'on trouvera ici, avec un compte rendu des discussions qui ont suivi. J'y ai ajouté des extraits d'un entretien inédit de 1982 avec Raymond Aron qui portait sur les débuts de sa vie intellectuelle et universitaire. Je les ai complétés À la mort de Raymond Aron, Georges Poitou et Marcel Roncayolo, alors directeur et directeur adjoint de l'École normale supérieure, avaient souhaité que celle-ci rendît hommage à sa mémoire et m'avaient chargé d'accomplir ce devoir. J'avais accepté avec plaisir étant donné l?ancienneté des liens qui m'unissaient à Raymond Aron : étudiant en sociologie, j'avais été son élève à la Sorbonne de 1959 à 1961 et il m'avait accueilli, chercheur débutant et assistant à la faculté des lettres et sciences humaines de Lille, au Centre de sociologie européenne à partir de 1964.