En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation de cookies qui permettront notamment de vous offrir contenus, services, et publicités liés à vos centres d'intérêt. Fermer
France pays France (changer de pays)
         Recherche avancée   Mon compte



Téléchargez le livre :  Libéralisme et révolution antifasciste

Libéralisme et révolution antifasciste


Piero Gobetti
Editions Rue d'Ulm
Format : PDF

16,99

RÉSUMÉ DU LIVRE - MOT DE L'AUTEUR - MOT DE L'ÉDITEUR

Dans l’Italie des lendemains de la Première Guerre mondiale, de la prise du pouvoir par Mussolini et de l’établissement de la dictature fasciste, Piero Gobetti (Turin, 1901-Paris, 1926) a traversé en météore l’histoire et la pensée politique. Historien des racines du Risorgimento, traducteur, critique théâtral pour L’Ordine nuovo d’Antonio Gramsci, directeur de revues politiques et littéraires, éditeur publiant les principaux hommes politiques italiens du moment et les premiers poèmes d’Eugenio Montale (prix Nobel 1975), il a rêvé un protestantisme sui generis et prôné un libéralisme révolutionnaire et industrialiste dont il trouvait les racines – sans paradoxe – chez Karl Marx, Henry Ford et Martin Luther. Il a surtout incarné l’opposition au fascisme, et sa mort précoce a fait de lui un symbole sur lequel hommes politiques et journalistes transalpins débattent encore aujourd’hui.
Parmi les multiples textes politiques publiés en quelques années par Piero Gobetti, pour l’essentiel dans sa revue La Rivoluzione liberale, soixante dix articles et extraits d’articles écrits de 1922 à 1925 ont été sélectionnés ici : polémiques et mises au point, portraits ou descriptions. Comme une mosaïque, ces textes reflètent son engagement face au fascisme, fondé sur une intransigeance d’abord isolée, puis partagée par l’essentiel de l’opposition après juin 1924 et l’assassinat de Giacomo Matteotti. Ils permettent de suivre l’installation de Mussolini au pouvoir grâce à l’impuissance de ses adversaires, ainsi que l’évolution bouillonnante d’un très jeune homme, confronté à l’Histoire, l’affrontant, y brûlant sa vie. Ils dessinent aussi les contours d’un libéralisme très spécifique, propre à surprendre ceux qui rejettent ce courant de pensée comme ceux qui s’en réclament.