En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation de cookies qui permettront notamment de vous offrir contenus, services, et publicités liés à vos centres d'intérêt. Fermer
France pays France (changer de pays)
         Recherche avancée   Mon compte



Téléchargez le livre :  Bernard Dadié

Bernard Dadié


Hommages et études

Unionmwan Debiri
Coédition NENA/Panafrika/Silex/Nouvelles du Sud
Format : PDF sans DRM

8,99

RÉSUMÉ DU LIVRE - MOT DE L'AUTEUR - MOT DE L'ÉDITEUR
Les Africains ont un véritable culte pour leurs ancêtres qui, dans la conception africaine de l'univers, continuent à maintenir des liens avec les vivants, à les guider et à les protéger. Aussi est-il important d'affirmer qu'en Afrique, « les morts ne sont pas morts », pour reprendre l'excellente formule du conteur sénégalais, Birago Diop (1). Mais les Africains n'attendent pas que leurs aînés ou vieux meurent avant de les vénérer. Ils respectent les vieux de leur communauté, qu'ils considèrent comme de véritables ancêtres en puissance. Autrefois un homme de soixante-dix ans était admis de plein droit au conseil des anciens. A ce titre seulement on lui témoignait beaucoup d'égards. Les choses n'ont pas sensiblement changé si bien que, même dans les grandes villes africaines d'aujourd'hui, les voisins traitent encore les vieux de leurs quartiers avec déférence. Bien évidemment ce ne sont pas seulement les ancêtres et les vieux qui sont honorés par les Africains. Dans la société africaine on traite avec révérence tous ceux qui font preuve d'un courage exceptionnel tels que les combattants courageux, les chasseurs téméraires ou bien ceux qui font montre d'un grand talent de virtuose.